Publication de Sébastien Soulez dans la revue Corporate Social Responsibility & Environmental Management

Guillot-Soulez C., Saint-Onge S. et Soulez S. (2021), Green certification and organizational attractiveness: the moderating role of firm ownership, Corporate Social Responsibility & Environmental Management, published online: https://doi.org/10.1002/csr.2194 [2020 Impact factor : 8.741].


Résumé :

Confrontées à la fois à une pénurie de talents et aux défis environnementaux, les entreprises cherchent à mieux comprendre comment les labels employeurs écologiques, en tant que signaux de marché éthiques, affectent les perceptions des demandeurs d'emploi. Les auteurs de cette recherche se demandent donc si le lien entre l'intégration d'un label employeur écologique dans les annonces de recrutement et l'attractivité organisationnelle est médiatisée par le prestige perçu et l'adéquation personne-organisation (PO fit) et si ce lien varie en fonction du mode de propriété de l'entreprise (entreprise coopérative ou cotée en bourse). Les résultats d'une expérimentation montrent tout d'abord que la communication d'un label écologique a une influence positive indirecte sur l'attractivité organisationnelle via les effets médiateurs du prestige perçu et du PO fit. Ensuite, selon le mode de propriété de l'entreprise, les candidats interprètent différemment ce label : la communication d'un label écologique a ainsi une influence indirecte sur l'attractivité organisationnelle et améliore considérablement le prestige perçu des entreprises et le PO fit des entreprises coopératives mais le même label n'influence en rien les entreprises cotées en bourse. Par conséquent, les entreprises devraient considérer l'intérêt d'inclure la labellisation employeur écologique dans leur stratégie de publicité de recrutement tout en considérant la question de la propriété de l'entreprise.